INFORMATIONS DESTINEES AUX PATIENTS

Au terme de la consultation une intervention vous est proposée.

 

Sachez tout d'abord que l'établissement Clinique Paris V en est au stade le plus avancé de la certification qui vise à quantifier le niveau de sécurité de l'établissement vis à vis des tutelles publiques.

De même, le score ICALIN qui quantifie le taux d'infections nosocomiales des établissements de santé est A, c'est à dire le meilleur possible.

 

On peut donc considérer que le niveau de sécurité de l'établissement est optimal.

 

Une consultation pré-opératoire d'anesthésie vous sera prévue obligatoirement (sauf urgence). Elle a pour but d'évaluer votre état de santé et de vérifier l'absence de contre indication vis à vis de l'intervention, éventuellement après quelques explorations complémentaires.

 

Néanmoins, malgré toutes ces précautions, aucun praticien ne peut garantir qu'aucune complication ne puisse survenir au cours de cette hospitalisation. A cet égard, il est possible qu'en dernière minute une fois arrivé au bloc opératoire et l'anesthésie faite, une anomalie physique ou matérielle fasse contre-indiquer votre intervention pour votre sécurité, tout comme le décollage d'un avion soit interdit au dernier moment.  

 

La chirurgie orthopédique est une chirurgie sensible aux infections, le risque en est faible (aux alentours de 0,5 %) mais les conséquences en sont parfois importantes, surtout en ce qui concerne la chirurgie prothétique. D'ou l'importance des règles d'asepsie, mais aussi et surtout d'hygiène et de propreté élémentaire dans les jours qui précèdent l'intervention.

Il est indispensable dans un but de prévention des infections post-opératoires, que cette intervention soit pratiquée sur un membre dont la peau est indemne et aura fait l’objet d’une préparation antiseptique et d’une épilation la veille. 

 



Pendant l'hospitalisation, vous serez vu chaque jour par le chirurgien et l'anesthésiste, votre état sera surveillé, sur le plan général et local (site opératoire).

 

A votre sortie, différents documents vous serons remis; ordonnances nécessaires pour la suite des soins, arrêt de travail, rendez vous de consultation de contrôle.

 

Bien sûr, si quelque chose survenait avant la consultation de contrôle, vous devrez prendre contact avec le chirurgien ou votre médecin traitant.

 

 

Quels sont les risques et les complications possibles liés à cette intervention ?

 

Elles sont rares (bien inférieures à 1%) mais toujours possibles, une liste non exhaustive peut en être dressée en fonction de leur ordre chronologique d’apparition possible.

 

Des défauts de cicatrisation peuvent donner lieu à des soins locaux prolongés avant d’obtenir la cicatrisation définitive.

 

Une infection peut se déclarer qui peut nécessiter un nettoyage chirurgical et une prise d’antibiotiques.

 

En cas de chirurgie nécessitant une fixation osseuse par vis, broche, plaque ou autre dispositif, un démontage de l’ostéosynthèse ou un défaut de consolidation peuvent se produire, pouvant nécessiter une reprise chirurgicale.

 

Une perte de sensibilité et/ou de motricité sont possibles en cas de blessure nerveuse

 

Une phlébite, pouvant se compliquer elle même d’une embolie pulmonaire est également possible, elle est prévenue par l’administration d’anti-coagulant.

 

Enfin, une insuffisance de correction peut conduire à une récidive de la déformation opérée.

 

Des douleurs persistantes peuvent diminuer la qualité du résultat espéré.

CHIRURGIE ET TABAGISME: MELANGE EXPLOSIF

Les fumeurs ont 3 fois plus de complications au site opératoire, risquent d'ëtre transférés en rééducation et restent plus longtemps hospitalisés que les non-fumeurs.

 

Cesser de fumer 6 à 8 semaines avant l'intervention et durant la phase de cicatrisation annule cet excès de risque (3 semaines pour la peau, 6 semaines pour les tendons, les nerfs et les muscles, 3 mois pour l'os)

 

Un arrêt tardif ou une simple réduction du tabagisme réduit ce sur-risque mais ne l'annule pas.